Le chant des esprits de Sarah Lark

Publié le par Lyrah

Le chant des esprits de Sarah Lark

Sarah Lark, Le chant des esprits

Gwyneira – l’une des deux héroïnes du Pays du nuage blanc – élève sa petite-fille Kura et s’inquiète pour elle. La jeune métis de quinze ans, surnommée la reine maorie, possède un physique et une voix magnifiques qui suscitent l’admiration.
Mais, capricieuse et uniquement intéressée par la musique, Kura refuse d’assumer son rôle d’héritière de Kiward Station, le domaine familial. Gwyneira décide alors de l’envoyer en pensionnat pour lui donner une éducation stricte.
C’est alors que Kura rencontre William Martyn – le fiancé de sa cousine, la petite-fille d’Hélène – autre héroïne du Pays du nuage blanc… Le coup de foudre est réciproque. Kura et William décident de se marier, au grand dam de tous.
Kura pourra-t-elle cependant se contenter d’un rôle d’épouse alors qu’une grande carrière musicale lui est promise ?
Portée par un puissant souffle romanesque, ce roman confirme le talent d’une auteure découverte avecLe Pay
s du nuage blanc…

Editeur : L'Archipel
Date de sortie : 20 août 2014
Lien Amazon

Mon avis :

Je tiens particulièrement à remercier Babelio et les éditions L’Archipel qui m’ont offert l’opportunité de lire cette incroyable histoire, ce magnifique roman qui, pourtant, ne me plaisait pas au départ.

Les raisons sont toutes simples et la première tombe sous le sens : je n’avais pas lu le tome précédent, à savoir, Le pays du nuage blanc. Et oui, j’avais été fortement tentée par la quatrième de couverture du Chant des esprits et n’avais pas du tout remarqué qu’il y avait eu un tome consacré aux deux grands-mères mentionnées dans cette dernière. De ce fait, j’ai été énormément perdue au début, par rapport aux noms, aux liens unissant les personnages, au langage et à la culture néo-zélandaise des maoris. Néanmoins, à travers tous ces problèmes périlleux de compréhension et d’immersion, les rappels du tome précédent ont plutôt éveillé ma curiosité.

D’autant plus lorsque j’ai été emportée dans le fil du récit, ce qui a également été freiné, au début tout au moins, par rapport à certains personnages que j’ai tout bonnement trouvé antipathiques au possible. Lorsque ce sont des protagonistes caractérisés par un rôle, presque caricatural, de « méchant », il est normal de ne pas les aimer. Pourtant, j’ai eu de désagréables sentiments à l’encontre de personnages principaux, pouvant être caractérisés d’héroïne/héros. Notamment, la très chère Kura, petite princesse ingrate qui est emplie d’égoïsme et qui se montre caractérielle au possible. Comparée à sa cousine, Elaine, qui est un personnage coup de cœur (elle a complètement participé à mon adhésion au roman), Kura ne mérite pas tout ce qu’elle a. Je ne m’étendrai pas sur tous les personnages, surtout que certains disparaissent tandis que d’autres apparaissent tout au long des chapitres.


Le récit alterne entre les différentes visions des personnes qui peuplent cette quête vivante d’un avenir prometteur et de souhaits enfin réalisés. Etant donné que l’intrigue se fixe sur le souhait de Kura d’être chanteuse, l’envie d’Elaine de vivre heureuse, William et sa volonté de prospérer sans oublier les deux héroïnes du premier tome, Hélène et Gwyneira qui, outre leurs propres problèmes, souhaitent voir leurs familles accomplies. Les descriptions peuvent paraître longues, toutefois, elles sont remplacées par des instants plus vifs, voir à une action précipitée qui, comme les récits à suspens, feront battre votre cœur.

En effet, l'auteure écrit merveilleusement et, bien que le récit soit long au début, il prend des tournures inattendues, ponctuées de ces accélérations haletantes.


Les nombreux passages à plusieurs voix et les chapitres consacrés à un personnage en particulier sont une très bonne technique pour voir l’ensemble de la « toile ». J'aime les « destins croisés » représentatifs de la vie, les chemins qui se séparent pour mieux se retrouver, les relations déplorables qui s'améliorent, où un ennemi peut devenir un ami une fois l'incompréhension et les aprioris passés.

Il y avait bien longtemps que je n’avais pas lu un roman de ce genre et ce fut une très belle découverte dont je ressors complètement chamboulée. Je n’avais pas envie d’arriver à la fin alors que le début était quelque peu laborieux et j’ai maintenant prévu de lire le premier tome puis le troisième lorsqu’il sortira (c’est une trilogie !).

Publié dans Chroniques

Commenter cet article