Insurgent, Divergent tome 2 de Veronica Roth

Publié le par Lyrah

Insurgent, Divergent tome 2 de Veronica Roth

Divergent, la deuxième dystopie que j’ai lu qui m’a réellement marquée (Hunger Games en première position forcément ^^). Après des mois et des mois d’attente, ce deuxième tome sort enfin ! Et aucune déception à l’horizon, loin de là. Je dois admettre que j’avais oublié certains détails qui m’ont quelque peu freinée pour commencer. Mais une fois le rythme retrouvé, l’histoire de Tris m’a une fois de plus transportée dans cet univers régit par les factions, dont ce deuxième tome dévoile la guerre entrevue à la fin du premier.

Dans ce tome, on en apprend plus sur le passé des personnages, notamment sur les parents de Tris, sur l’ennemie des divergents, à savoir Jeanine, la chef des érudits.

Tris est égale à elle-même, malgré le fait qu’elle ait dû tuer des êtres proches, qu’elle ait perdu ses parents, elle reste une personne forte, exceptionnelle, qui survit et devient de plus en plus résistance et admirable face aux nombreux et horribles événements qui surviennent. Tobias est plus ambigu dans ce deuxième tome, il se révèle plus humain, avec des émotions fortes qui transparaissent et le sortent de son rôle de Quatre. Les autres personnages se dévoilent peu à peu et il est facile de s’attacher à chacun d’eux.

La façon de révéler la bonté en chaque être, regroupés en classes restrictives, est essentielle dans cette œuvre où les érudits qui veulent asservir les autres factions ne sont pas tous ralliés à cette idée d’asservissement. Le pardon est essentiel (Christina doit pardonner à Tris d’avoir tiré sur Will et Tris doit se pardonner à elle-même) et une multitude d’autres sentiments aussi forts donnent au livre une dimension universelle.

De grandes surprises surgissent tout au long de l’histoire, le mal n’est pas toujours là où il semblerait, le bien et le mal se confondent en une divergence de sentiments, d’options qui témoignent qu’il n’y a pas que du noir ou du blanc dans la vie.

Malheureusement, j’ai encore deviné certaines petites choses, dont une très choquante (pas de spoiler) mais dans l’ensemble, les évènements s’enchainent parfaitement. La vie de ces résistants aux folies humaines est loin d’être belle, beaucoup de morts sont à dénombrer (sniiiif, encore des faits traumatisants, au moins l’auteur n’hésite pas à tuer ses personnages) et de questions soulevées (comme à la fin du premier tome, mais là, Veronica Roth nous quitte directement dans l’action).

L’attente sera donc, une fois de plus, insoutenable jusqu’au prochain tome.

Publié dans Chroniques

Commenter cet article